Seniors : et si c’était l’âge d’or ?

Temps de lecture 6 min

 » La vieillesse est un naufrage « . Cette phrase de Chateaubriand issue de son livre Mémoires d’outre-tombe et reprise par le général de Gaulle quelques décennies plus tard, est de plus en plus battue en brèche. D’une manière générale, l’espérance de vie s’est beaucoup allongée tandis que la retraite n’est plus forcément synonyme de vie en retrait. Certains seniors ont appris à faire de cette période clé de leur vie, non plus un fardeau ou une fatalité, mais une chance. Ils l’abordent en effet comme une opportunité d’explorer de nouveaux horizons, de profiter du temps libéré et de la présence des êtres aimés pour gagner en sérénité. Une façon de prendre de l’âge sans être vieux et un état qui se prépare et se conquiert. Tour d’horizon de quelques clés pour cultiver l’art et la manière de bien vieillir*.

Alors que pour certains, vieillir rime avec isolement, troubles physiques et psychiques, d’autres ont compris qu’un mode de vie équilibré associant alimentation, sport, lien social et stimulation intellectuelle représente un premier préalable pour rester zen face au temps qui passe. À cette condition s’ajoutent quelques principes importants : continuer à aimer, nourrir sa curiosité, garder l’esprit ouvert, enrichir sa vie intérieure ; pour résumer, apprendre à être en paix avec soi-même, afin de minimiser les regrets et les remords.

Un constat et une posture

En 2050, un Français sur trois aura plus de 60 ans. Face au vieillissement annoncé de sa population, la France doit relever de nombreux défis. L’un d’entre eux consiste à aider nos aînés à bénéficier d’une bonne santé le plus longtemps possible en multipliant notamment les politiques de prévention. Mais c’est aussi à chacun d’entre nous de décider comment nous souhaitons vieillir. En dehors des aspects génétiques devant lesquels nous ne sommes pas tous égaux, certains éléments sont déterminants : éviter les excès en termes d’alimentation, de tabac, d’alcool ou de sédentarité mais aussi se préparer à négocier des tournants difficiles tels que le départ à la retraite, celui des enfants, etc. Et si nous apprenions à changer notre vision de la vieillesse ?

Un regard plus serein

Imaginer vieillir sans aucun retentissement sur le plan physique relève d’une gageure ou d’un déni de la réalité. Pourquoi ne pas miser sur votre charme naturel, qui outrepasse le grain de votre peau ou la fermeté de vos muscles ? Faire preuve d’empathie, être souriant, ouvert aux autres, multiplier les centres d’intérêt, prendre du plaisir à partager, faire confiance, savourer les joies de l’existence, sont autant de moyens de rayonner autour de vous. Quant à l’amour, il présente la particularité de s’émanciper des contraintes de l’âge. Comme le dit si bien la thérapeute Marie de Hennezel «  On peut aimer et recevoir de l’amour à tout âge, c’est une capacité qui ne diminue pas avec l’âge « . Mais elle tient à nous alerter :  » les rancunes, les remords, les regrets et les culpabilités sont autant de valises qui vous alourdissent « . Vous l’aurez compris : au moment de quitter sa vie professionnelle, les tensions et le rythme souvent trépidant associés à cette partie de votre vie, il est aussi temps de tourner certaines pages pour aborder de façon plus zen un nouveau chapitre.

Aux petits soins avec votre corps

Pour garder bon pied bon oeil après 60 ans il faut s’habituer le plus tôt possible à pratiquer un exercice physique régulier. Cette activité multiplie par trois les chances de mener une vieillesse en bonne santé. Trente minutes de marche quotidienne (avec de bonnes chaussures) ou d’activité physique telle que le vélo ou la natation représentent un minimum pour entretenir ses muscles et renforcer ses os. Plus on prend de l’âge et plus il faut pratiquer des exercices de musculation et d’assouplissement pour éviter les chutes et les douleurs. Vous limiterez aussi les risques d’apparition de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, d’hypertension artérielle, etc.

La recette d’une alimentation saine

Associer repas équilibrés et diversifiés à un aspect de convivialité, tel est le menu idéal des seniors. Prendre ses trois repas par jour et des collations si besoin, manger davantage de fruits et de légumes, augmenter sa ration de calcium, de vitamines et d’oligo-éléments : autant de solutions pour limiter les risques d’accidents cardio-vasculaires. Sans oublier deux principes de base : privilégier le plaisir gustatif et celui de manger en compagnie.
Quelques conseils pratiques pour bien se nourrir sachant qu’une perte de poids et donc de masse musculaire peut provoquer des chutes ou des infections : pour protéger vos os, misez sur les laitages et l’eau riche en minéraux. Réduisez votre consommation de sucre et de matières grasses, d’alcool et de sel. Donnez la priorité aux poissons gras, aux céréales, aux crustacés, aux fruits et aux légumes et n’oubliez pas de boire en quantité de l’eau, du thé, des tisanes…

Cf. http://alimentation.gouv.fr/senior-bien-manger-guide

En tête-à-tête avec votre cerveau

La stimulation intellectuelle constitue l’une des clés pour bien vieillir. Ainsi, une étude de l’Inserm a montré que des séniors pratiquant des activités de loisir stimulantes intellectuellement (mots croisés, jeux de carte, sudoku, implication dans une association, pratique d’une activité artistique, etc.) présentent un risque deux fois moins grand de survenue de maladie neurodégénérative. Accepter une mission professionnelle temporaire, s’adonner au bricolage, au jardinage, partir en voyage, s’offrir des loisirs tels que la lecture, le cinéma, le théâtre, des expositions ou des conférences… Le spectre est assez large pour que chacun y trouve son compte. N’hésitez pas non plus à vous lancer de nouveaux défis tels que l’apprentissage d’une nouvelle activité ou d’une langue étrangère. Et faites travailler votre mémoire au quotidien.

Tisser du lien social

L’un des principaux écueils de la vieillesse repose sur l’isolement. Se retirer de sa vie professionnelle équivaut pour certains à une quasi mort sociale. Ajoutons-y le départ des enfants et dans certains cas, une vie en solitaire. Or, les études l’ont prouvé de manière formelle : le lien social favorise la préservation d’une bonne santé. Participer à des activité de groupe (réunions, associations, sport, soirées…), rencontrer des gens, échanger, contribue à garder aussi une bonne santé mentale. En effet, le fait de vivre seul multiplie par quatre chez les hommes et par deux chez les femmes la probabilité de survenue d’un épisode dépressif. Une bonne raison de plus de combattre la tentation de l’isolement et de ne pas le considérer comme une fatalité.

Garder un coeur jeune

Pour conserver la jeunesse de l’esprit et du coeur et vieillir de manière harmonieuse, donnez plus de place aux activités qui vous rendent heureux. Explorez sans cesse de nouveaux univers, sortez de votre zone de confort. Vous n’êtes plus dans le culte de la performance comme toutes ces années au cours desquelles vous avez travaillé. À vous aussi de contribuer au changement de regard sur la vieillesse. À l’image des descendants des centenaires d’Okinawa au Japon, considérés comme des trésors, la société ne pourrait que s’enrichir en se nourrissant de votre expérience et de vos savoirs.

* Envie d’un regard souriant sur l’art de bien vieillir : lisez Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson (éditions Pocket)

Article rédigé le . Mis à jour le