Prevention

Concilier écologie, bien-être et santé c’est possible !

Faire un geste pour la planète passe par une consommation moins excessive, y compris de médicaments, de compléments alimentaires et de produits dermo-cosmétiques. Rien de plus simple ! Il vous suffit d’appliquer ces conseils à votre mode de vie et vous verrez qu’écologie, bien-être et santé vont de pair.

bandeau

Tri : pour les médicaments aussi !

Essentiel pour éviter les intoxications accidentelles et préserver la planète, le tri des médicaments est un bon réflexe à prendre. Suivez le guide !

Faites régulièrement le tri dans votre armoire à pharmacie

Boîtes de comprimés périmés, sirops jamais ouverts, traitements antibiotiques à moitié terminés… nos armoires à pharmacie sont pleines de médicaments qui ne resserviront plus. Mieux vaut ne pas attendre qu’elles débordent pour penser à faire le tri et s’en débarrasser… dans les règles.

Séparez boîtes et notices des médicaments

Les produits qui ont dépassé la date de péremption doivent être écartés. C’est aussi le cas de tous ceux qui ne se gardent que peu de temps : collyres, dosettes stériles, sirops, sprays et collutoires.

Attention, ne les jetez jamais à la poubelle… et encore moins dans l’évier ou les toilettes ! Éliminés de façon incomplète par les stations d’épuration, ils pourraient polluer l’environnement, à commencer par l’eau des rivières ou des nappes phréatiques.

Les boîtes, emballages et notices des médicaments périmés peuvent être jetés dans votre poubelle à déchets recyclables.

Rapportez vos médicaments périmés ou non utilisés en pharmacie

Rapportez ensuite vos médicaments non utilisés (MNU) dans votre pharmacie. Toutes sont dans l’obligation de les reprendre. Mais attention, ne sont pas concernés les produits suivants :

• compléments alimentaires et vitamines ;

• produits de dermo-cosmétique et crèmes solaires…, qui doivent être mis dans la poubelle à ordures ménagères,

• médicaments vétérinaires ;

• dispositifs médicaux tels que tensiomètre, thermomètres électriques…, qui sont à rapporter à la déchetterie,

• aiguilles, seringues ou lancettes d’autopiqueur, qui font partie des déchets de soins infectieux devant être éliminés dans des boîtes jaunes fournies par le pharmacien.

Que deviennent les médicaments périmés ou non utilisés ?

L’éco-organisme Cyclamed organise la collecte et la valorisation des médicaments périmés et non utilisés rapportés en pharmacie depuis 1993. Il les achemine vers des incinérateurs où ils sont éliminés dans le respect de l’environnement. Valorisés à des fins énergétiques, ils permettent notamment de chauffer et d’éclairer près de 7 000 logements. En 2018, 162 g de médicaments périmés ou non utilisés par habitant et par an ont été recueillis dans 21 487 officines et ont été valorisés.

 

5 réflexes pour se passer de médicaments (quand c’est possible !)

La France est l’une des championnes du monde de consommation de médicaments. Il est pourtant facile de s’en passer pour les maladies et accidents bénins. Conseils pratiques pour éviter l’automédication quand cela est possible !

Cap sur une bonne hygiène de vie

Chaque hiver, c’est la même rengaine ! Les virus attaquent l’organisme lorsqu’il fait froid et humide et que nous vivons en confinement. Pourtant, se laver les mains très régulièrement, adopter une alimentation équilibrée, passer du temps dehors à la lumière naturelle, dormir au moins 7 heures par nuit et pratiquer une activité physique régulière est le meilleur moyen de booster ses défenses immunitaires… et de se passer de médicaments !

Misez sur la prévention

Évitez les traitements (souvent à vie) liés aux maladies chroniques passe par la prévention des risques. Selon l’Institut national du cancer, 40 % des cancers sont aujourd’hui évitables. Malbouffe, tabagisme, consommation d’alcool, surpoids et sédentarité sont les dénominateurs communs de la plupart des maladies chroniques, qu’elles soient cardiovasculaires (accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle, etc.) ou métaboliques (diabète de type 2). La prévention passe aussi par le dépistage, en cas de facteurs de risques et lorsque l’on avance en âge, et la vaccination.

Acceptez qu’il faille du temps…

Raccourcir la durée d’un rhume avec des médicaments (non dénués d’effets secondaires) ou des compléments alimentaires est inutile, voire dangereux. Empêcher la toux passagère par des sirops ou des médicaments antitussifs n’est généralement pas recommandé, la toux étant un mécanisme de défense de l’organisme. Les maladies bénignes guérissent la plupart du temps spontanément. Encore faut-il savoir accepter les symptômes, même désagréables, et laisser l’organisme lutter contre les microbes… en gardant les bons réflexes. N’hésitez jamais à consulter pour un nourrisson ou une personne dont les défenses immunitaires sont affaiblies en cas de fièvre persistant ou de symptômes qui s’aggravent.

Adoptez les remèdes de grand-mère

Pourquoi ne pas appliquer ces quelques astuces et recettes d’antan pour vous soigner ? Rien de tel, par exemple, que le miel dans une infusion pour remédier à un mal de gorge ou aider une brûlure légère à cicatriser. C’est également le cas de l’aloe vera qui peut, en plus, être utilisée pour soulager un aphte. En cas de piqûres d’insectes, l’argile verte est particulièrement réputée. Contre la constipation, les figues, riches en fibres et magnésium, tiennent leurs promesses. Et pour venir à bout d’un mal de tête, une poche de glace est souvent très efficace.

Pensez à la phytothérapie

Cette médecine naturelle aide à soigner les petits maux et particulièrement ceux de l’hiver, à condition d’avoir au préalable demandé conseil à votre médecin ou pharmacien. À garder dans votre armoire à pharmacie en huile essentielle, en gélules ou en extraits secs : l’échinacée pour renforcer les défenses immunitaires, l’eucalyptus contre les bronchites ou affections respiratoires, la camomille pour soulager les courbatures et les troubles digestifs, ou encore le thym contre la toux.

 

Cycles menstruels : 4 protections périodiques naturelles

Près de 45 milliards de serviettes hygiéniques sont jetées chaque année dans le monde et finissent dans les toilettes ou la poubelle, or elles sont impossibles à recycler et ne se dégradent qu’au bout de 500 ans ! Il existe pourtant des solutions plus écologiques... à tester !

La cup ou coupe menstruelle

Cette petite coupelle souple en silicone à placer au fond du vagin est destinée à recueillir le flux menstruel. Ses principaux avantages sont d’être pratique, écologique et économique. Elle doit être vidée toutes les 8 heures et nettoyée avec précaution ou désinfectée à l’eau bouillante avant réinsertion. Seul inconvénient : il faut un peu d’entraînement avant de s’y accommoder.

Les serviettes ou protège-slips lavables

Le principe est le même qu’avec une serviette hygiénique jetable, sauf que le produit est lavable, réutilisable et biodégradable à 95 %. De nombreux modèles et marques sont commercialisés en coton bio ou en fibres naturelles, comme le bambou, pour laisser respirer la peau et lui épargner des produits chimiques toxiques ou allergisants. La fixation se fait généralement à l’aide d’un bouton-pression.

La culotte menstruelle

Cette culotte multiusage remplace serviettes ou tampons durant les règles en absorbant pendant 12 heures au moins le flux menstruel, sans odeurs ni fuites. Et le principal avantage est qu’elle passe en machine ! De nombreuses marques disponibles sur le marché proposent cette solution discrète, confortable et écologique, d’autant que la culotte menstruelle ne contient aucune trace de pesticides ou de produits chimiques.

Les tampons bio ou écologiques

Composés à 100 % de coton bio, garanti sans produits chimiques ou pesticides, ni chlore ni matière plastique ou synthétique, ces tampons bio sont bénéfiques pour l’environnement car biodégradables. Disponibles dans quelques magasins bio et pharmacies, ces produits s’avèrent utiles pour toutes celles qui veulent une protection saine pour leur corps et craignent le syndrome du choc toxique. Comme pour les tampons classiques, ils doivent être changés toutes les 4 à 8 heures.

 

4 idées de produits dermo-cosmétiques à faire soi-même

Les savons, masques ou shampoings n’échappent pas à l’ère du Do It Yourself ou DIY. Voici quelques recettes astucieuses et écologiques pour fabriquer vous-mêmes vos produits de toilette ou de beauté préférés.

Savon personnalisé

Pour fabriquer votre propre savon, il vous faudra de la base de savon, comme de la glycérine naturelle, et des petits moules à pâtisserie. Vous pouvez ensuite y ajouter au choix : huiles essentielles, miel, lait, huile d’olive ou herbes de cuisine… Commencez par couper les savons glycérinés en dés, puis faites-les chauffer dans une casserole ou au micro-ondes jusqu’à ce qu’ils soient liquéfiés. Rajoutez ensuite les autres ingrédients personnalisés, puis versez le tout dans les moules. Laissez le savon reposer une heure à température ambiante, puis mettez le tout au congélateur une heure ou deux.

Shampoing naturel

Pour une recette maison de shampoing doux, faites fondre dans une casserole 6 cuillères à soupe de savon de Marseille râpé dans une infusion de 300 g de feuilles d’ortie. Retirez du feu et ajoutez une cuillère à soupe de glycérine végétale, un peu d’huile de coco et 4 gouttes d’huile essentielle de lavande. Remuez bien et laisser refroidir avant de verser le tout dans un récipient bien sec.

Crème pour les mains

Pour obtenir une crème mains hydratante et anti-oxydante, versez 2 cuillères à soupe d’huile de coco et une cuillère à soupe de beurre de cacao dans une coupelle. Chauffez au bain-marie pendant quelques minutes. Une fois que les ingrédients sont à l’état liquide, ajoutez 4 ou 5 gouttes d’essence de citron et une cuillère à café d’huile d’amande. Après avoir mélangé ces ingrédients, versez le tout dans un autre récipient et laissez refroidir jusqu’à solidification. Vous pouvez ensuite l’appliquer sur les mains.

Masque hydratant visage

Pour chouchouter une peau agressée par le froid et l’humidité hivernale, et lui redonner tout son éclat, vous pouvez commencer par un gommage fait maison à base de sucre ou de gros sel (quelques cuillères suffisent) mélangé à un peu d’huile végétale. Versez ensuite dans un bol 2 cuillères à soupe de miel et une cuillère à café de jus frais de citron à laquelle vous pouvez également rajouter un peu d’aloe vera. Appliquez sur une peau propre et séchée pendant 15 minutes. Résultats garantis !


dossiers et actus prévention

Médecine douce et vous : 5 astuces contre la dépression hivernale

A l’approche de l’hiver, les journées se font plus courtes et le froid plus intense. Pour...


Sport-santé : à vos marques, prêts, bougez !

C’est dans ce contexte que le gouvernement a défini une Stratégie Nationale de Sport et Santé...


Mutuelle Bleue, et l'ensemble de ses collaborateurs, vous souhaitent une excellente année 2020 !

Mutuelle Bleue, et l'ensemble de ses collaborateurs, vous souhaitent une excellente année 2020 !...


Les maladies imaginaires. Vraiment imaginaires ? Dr Laurence PLUMEY

Cette fameuse tirade extraite du « Malade Imaginaire » de Molière illustre parfaitement les...


Comment renforcer votre système immunitaire à l’approche de l’hiver ?

La chute brutale des températures fragilise l’organisme qui est alors plus sensible aux virus....