ACTUALITÉ

Le cancer du sein, sensible ou pas à tous ces conseils ?

Le cancer du sein est la première cause de mortalité féminine. Chaque Année,en France, on en déplore 50.000 nouveaux cas. Les moyens existent pour le dépister précocement (mammographies régulières, suivi gynécologique), encore faut-il aller voir régulièrement son gynécologue. Les facteurs de risque sont bien connus, c’est un cancer hormono-dépendant ce qui conditionne souvent la nature des agents de prévention.

1 – Connaître ses facteurs de risque, et se faire suivre !
Plus on les connaît, plus cela doit inciter à se faire suivre régulièrement par un(e) gynécologue car la meilleure des préventions est la triade palpation mammaire, mammographie et échographie, au moindre doute et à un rythme à définir en fonction du contexte.

Les facteurs de risque sont les suivants : antécédents familiaux (cancer du sein chez la mère ou la grand-mère), antécédents personnels de tumeurs mammaires, puberté précoce (avant 12 ans), ménopause tardive (après 55 ans), âge tardif de la première grossesse, prise d’oestrogènes (pilule, traitement hormonal substitutif), surpoids en post-ménopause, consommation d’alcool excessive.

A contrario, les facteurs de protection sont la multiparité (nombreuses grossesses), un âge précoce pour la première grossesse et la pratique de l’allaitement.


2 – Adopter un mode de vie optimal et surtout maigrir en cas d’excès de poids.
Le dossier prévention du mois d’octobre, « Prévention du cancer : votre alimentation joue un rôle important », met en avant les bonnes attitudes à adopter en matière de prévention du cancer. Elles sont bien évidemment valables pour la prévention du cancer du sein, tout en sachant que le premier facteur de prévention de ce cancer est le suivi gynécologique.

Dans le domaine de l’alimentation, les 2 éléments qui ont le plus apporté la preuve de leur efficacité pour la prévention du cancer du sein sont la lutte contre le surpoids et la maîtrise de la consommation d’alcool.

L’excès de poids est en effet un facteur de risque non négligeable. Ceci s’explique probablement par le fait que ce cancer étant fortement hormono-dépendant, il peut être favorisé par la synthèse d’hormones sexuelles par le tissu adipeux en excès. Il est donc important de régulariser du mieux que l’on peut son niveau de corpulence. Vous pouvez consulter notre dossier « Perdre du poids : que faire et ne pas faire ? » pour obtenir quelques conseils pour bien maigrir.

L’excès de boissons alcoolisées a aussi fait la preuve de son impact sur l’augmentation du risque de cancer du sein, quelque soit la nature de l’alcool consommé. Selon les cancérologues, il ne faudrait pas boire d’alcool du tout et selon les cardiologues, il faudrait ne pas dépasser la consommation de 2 verres de vin par jour.

Pour prévenir au mieux l’apparition d’un cancer du sein, allez voir votre gynécologue une fois par an et ayez une vie saine.








Article écrit par le Dr Laurence Plumey

Médecin nutritionniste et consultant pour Mutuelle Bleue
dans le cadre du programme « Passeport pour la santé ».


TOUTES LES ACTU DU MOIS

Le 23/09/2019

6 idées reçues sur la mémoire et la concentration

Comment booster votre mémoire et votre concentration ? Pour démêler le vrai du faux et appliquer...


Le 23/09/2019

Infarctus chez la femme : 4 conseils pour protéger votre cœur

Une étude menée en 2015 par l’association Ajila a démontré que les femmes étaient mal informées...


Le 05/08/2019

Faire la sieste en été : 5 raisons de s’y mettre !

Que ce soit dans votre jardin, installé dans un hamac, au bord de la plage ou dans votre lit,...


Le 05/08/2019

Nutrition : les bienfaits des smoothies aux plantes sauvages

Envie de faire une cure détox avant la rentrée ? Suivez les recettes de smoothies de Gabriele...