FAQ

Vous êtes intéressé par l’une de nos solutions en santé, prévoyance, auto ou habitation, mais vous avez encore des interrogations. Retrouvez toutes les réponses à vos questions dans cette rubrique.

Santé / Prévoyance

  • A quoi sert une mutuelle ?

    La mutuelle sert à rembourser vos frais de santé en complément du régime obligatoire. Soit par un règlement direct auprès de nombreux praticiens, grâce au tiers payant, soit par un règlement automatique en complément de votre caisse de Sécurité sociale, sans intervention ni envoi de votre part. Elle couvre aussi, par le versement de forfaits (optique, dentaire, appareillage…) selon la garantie choisie par l’adhérent, certaines prestations étant peu ou pas couvertes par les régimes obligatoires. Elle offre un choix de garanties adaptées à votre situation : salarié, étudiant, personne seule, famille, travailleur indépendant, fonctionnaire, artisan, commerçant, profession libérale…

  • Quelles sont les principales garanties de la mutuelle ?

    La mutuelle intervient en complément des prestations versées par le régime obligatoire. La souscription d’un contrat de complémentaire santé permet selon l'importance des garanties choisies :
    - de bénéficier de remboursements supérieurs à ceux de la Sécurité sociale, voire d'être remboursé aux frais réels,
    - de bénéficier de la dispense d'avance des frais pour la plus part des dépenses médicales, à l’exception des visites et consultations.

  • Pourquoi prendre une mutuelle santé ?

    Adhérer à une mutuelle permet d’améliorer la prise en charge des dépenses de santé au-delà des remboursements de la Sécurité sociale, en fonction du contrat souscrit. En effet, les remboursements par la Sécurité sociale ne sont pas égaux aux dépenses réelles et sont de moins en moins importants au fil des années. Posséder une complémentaire santé est indispensable pour se prémunir de dépenses parfois très fréquentes et coûteuses.

  • A quoi sert l’espace adhérent ?

    L’espace adhérent est un service internet gratuit et personnalisé pour tous les adhérents Mutuelle Bleue. Cet espace est sécurisé et met à votre disposition de nombreux services en ligne, où que vous soyez, 24h/24 7j/7, notamment :
    - le suivi de vos remboursements,
    - la consultation de vos indemnités prévoyance,
    - la modification de vos informations personnelles.

  • Puis-je changer de médecin traitant ?

    Il est tout à fait possible de changer de médecin traitant après un premier choix. Il vous suffit de demander un nouveau formulaire à votre caisse d’assurance maladie obligatoire ou de le télécharger sur ameli.fr et de le retourner complété par votre médecin traitant. Le nouveau formulaire annulera le précédent.

  • En cas d’Affection de Longue Durée (ALD), dois-je nommer un médecin traitant ?

    Oui, cela reste valable en cas d’ALD. En l’absence de médecin traitant, vous serez considéré hors parcours de soins et le remboursement par la Sécurité sociale sera minoré.

  • Que se passe-t-il si je consulte un spécialiste sans passer par mon médecin traitant ?

    Vous serez pénalisé en une minoration de vos remboursements par la Sécurité sociale, sauf si l’accès direct est autorisé. Mais attention, l’accès direct est limité à certains soins uniquement comme la gynécologie (soins, contraception, suivi de grossesse…) et l’ophtalmologie (ex : prescription de lunettes).

  • Que se passe-t-il si je dois consulter un médecin lors d’un déplacement ou durant mes vacances ?

    Le médecin consulté doit préciser sur la feuille de soins « hors résidence habituelle » car vous êtes hors parcours de soins.

  • Nous allons avoir un nouvel enfant, que devons nous faire vis-à-vis de notre mutuelle ?

    Félicitations pour cet heureux événement.
    Pour inscrire votre enfant à la date de sa naissance ou de son adoption, c’est simple.
    Il vous suffit de nous transmettre :
    - une copie de l’extrait d’acte de naissance que vous délivrera votre mairie ou le jugement d’adoption de votre enfant,
    - une demande explicite de rattachement de votre enfant sur votre contrat,
    - une copie de votre attestation Vitale mentionnant votre enfant.
    Nous vous ferons alors parvenir un bulletin d’adhésion. Sinon, passez directement voir votre agence pour récupérer un bulletin d’adhésion.

    A savoir 

    S’il s’agit de votre 3ème enfant, vous n’aurez pas de cotisation supplémentaire.

  • Je vais déménager, que dois-je faire ?

    Vous devez nous transmettre vos nouvelles coordonnées afin que nous puissions mettre à jour votre dossier. Si vous changez de ville, vous pouvez changer de centre de Sécurité sociale. Il faudra, alors, nous adresser une copie de votre nouvelle attestation Vitale.

  • Je vais être hospitalisé dans quelques jours, quelles sont les démarches à faire ?

    Lors de votre admission, en clinique ou à l’hôpital, vous devez présenter votre carte mutualiste et votre carte Vitale. Si une prise en charge est possible, l’établissement nous contactera directement pour le règlement des frais. Si vous avez dû avancer certains frais médicaux ou hospitaliers, adressez-nous les factures acquittées et les décomptes de la Sécurité sociale pour obtenir le remboursement de votre mutuelle.

  • Mon Conjoint est TNS, est-ce que je peux m’inscrire ainsi que nos enfants sur son contrat, sachant que je suis affiliée au Régime Général ? Mon conjoint pourra-t-il tout de même bénéficier de la Loi Madelin ?

    En votre qualité d’assurée social à part entière, ce n’est pas votre cas. Toutefois, à condition de procéder à leur inscription sur le dossier d’assurance maladie de votre époux, vos enfants pourront entrer dans le cadre de la Loi Madelin, sur le contrat de votre conjoint, ce, en qualité d’ayants droit. Ainsi les cotisations appelées ouvriront droit à la défiscalisation.

  • Sur les tableaux de prestations, comment lire les pourcentages 100%, 200%, 300% ?

    Il s’agit d’une question fréquente. Le taux de remboursement détermine le niveau de couverture pour les actes et les soins de santé. S’il s’agit du total du remboursement de la Sécurité sociale et de la mutuelle : 100% signifie que la complémentaire santé rembourse jusqu’à 100% de la base de remboursement de la Sécurité sociale. Un remboursement à 200% équivaut au double de cette base, 300% au triple… Par exemple, la consultation chez un médecin généraliste conventionné s’élève à 23€*. La sécurité sociale rembourse 70% de ce tarif, soit 15,10 €. Si votre mutuelle santé vous garantit 100% de la base de remboursement, elle va compléter le remboursement pour atteindre ces 100%. Votre complémentaire santé vous remboursera ainsi 6,90€. * une participation forfaitaire de 1€ est retenue sur chaque consultation, que vous respectiez ou non le parcours de soins.

  • Comment fonctionne le tiers payant ?

    La présentation de votre carte de tiers payant vous dispense de payer les médicaments prescrits par votre médecin, votre pharmacien se faisant directement rembourser par votre caisse d’assurance maladie et par votre mutuelle. Il n’y a pas d’avance de frais, c’est le principe du tiers payant.

    A savoir 

    Avec la carte Mutuelle Bleue – Viamedis, vous bénéficiez gratuitement d’une dispense d’avance de frais auprès de 85 000 professionnels de santé, partout en France et pour de nombreuses disciplines, notamment dans 100 % des pharmacies et auprès de 95 % des opticiens métropolitains.

  • Peut-on bénéficier du Pack Bleu Santé immédiatement (sans délai d'attente) ?

    Oui, nos garanties vous couvrent dès le 1er jour de votre adhésion (soit le 1er jour du mois suivant la réception du bulletin d’adhésion), excepté pour :
    - l’hospitalisation en psychiatrie : stage de 6 mois
    - l’amniocentèse : stage de 9 mois
    - les risques en cours.

  • Lors d'un voyage à l'étranger, y-a-t-il des précautions à prendre en terme de couverture santé ?

    Oui, vous pouvez prendre certaines précautions.

    Si vous partez en vacances ou voyage dans l’Espace Economique Européen ou en Suisse, procurez-vous la carte européenne d'assurance maladie. Votre demande devra être faite à votre Caisse d’assurance maladie 15 jours avant votre départ. Elle vous permettra d'attester de vos droits à l'assurance maladie et de bénéficier d'une prise en charge sur place de vos soins médicaux, selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays de séjour.

    Si vous partez hors de l’Espace Economique Européen, seuls les soins urgents imprévus pourront éventuellement être pris en charge par votre caisse d'assurance maladie.
    Il vous faudra régler vos frais médicaux sur place. Attention à bien conserver les factures et justificatifs de paiement afin de pouvoir les présenter dès votre retour, à votre caisse d'assurance maladie. Au vu des justificatifs, le médecin conseil de votre caisse d'assurance maladie appréciera si vous étiez ou non dans une situation d'urgence. Il vous accordera alors ou non le remboursement de vos soins, dans la limite des tarifs forfaitaires français en vigueur.

    Il faut également se renseigner sur les vaccins et traitements préventifs à faire avant le départ en fonction du pays de destination. N’hésitez pas à consulter votre médecin traitant.

    A savoir 

    Avec Mutuelle Bleue, votre Pack Bleu Santé prend en charge, dans la limite de la garantie souscrite et sous réserve de l’intervention du régime d’assurance maladie obligatoire francais, les frais de santé engagés à l’étranger. A défaut d’une prise en charge par votre caisse d’assurance maladie, Il faut simplement une facture originale acquittée.

  • Je suis couvert à 100 % par la Sécurité sociale, à quoi peut me servir une mutuelle ?

    La prise en charge à 100 % est liée à une affection particulière, à la maternité, résulte d’un accident de travail… et non à toutes les maladies. Malgré la prise en charge à 100 %, les dépassements d’honoraires restent à la charge de l’assuré. Il vous est donc conseillé de garder une mutuelle pour assurer le remboursement de ces dépassements et de tous les autres frais possibles étrangers à la pathologie.

  • Que signifie la participation forfaitaire de 1 € ?

    La participation forfaitaire de 1 € correspond à une contribution mise en place pour responsabiliser les assurés et préserver notre système de santé. Elle vous est demandée systématiquement, si vous êtes âgé de plus de 18 ans, pour chaque consultation, acte, examen, analyse médicale.
    Elle s’applique quelque soit le médecin consulté, que vous respectiez ou non le parcours de soins coordonnés. Cette participation est plafonnée annuellement, de même que celle en vigueur sur les produits pharmaceutiques, les auxiliaires médicaux (0.50 €) et les transports, à l’unité (2 €). Ces taxes ne sont d’aucune façon couvertes par les complémentaires santé.

Auto

  • Je vends mon véhicule, que faire ?

    Si vous changez de véhicule, vous devez nous le signaler afin d'effectuer un avenant de remplacement de véhicule à votre contrat. Si vous ne reprenez pas un véhicule, nous procéderons à la résiliation de votre contrat dès réception de votre certificat de cession.

  • Puis-je prêter occasionnellement mon véhicule à un tiers (ami, parent) ?

    Oui, le prêt de volant occasionnel à un conducteur expérimenté (assuré depuis au moins 2 ans pour une auto) est possible.

  • Suis-je assuré si je conduis mon véhicule à l'étranger ?

    Vous êtes assuré à l'étranger dans les pays indiqués sur la carte verte pour une période de 3 mois sans démarche particulière à faire au préalable.

  • Puis-je ajouter des options quand je le souhaite ?

    Vous pouvez apporter des modifications à votre contrat à tout moment. Par exemple, c’est indispensable si vous souhaitez assurer l’équipement que vous venez d’installer sur votre véhicule.

  • Dans quel délai faut-il déclarer un sinistre ?

    Votre déclaration doit parvenir à l'assureur dans les 2 jours ouvrés en cas de vol ou de tentative de vol et dans les 5 jours ouvrés pour les autres cas (accident).
    En cas de catastrophe naturelle, vous devez faire votre déclaration dans les 10 jours à compter de la publication de l'arrêté interministériel.

  • Qu’est que la franchise, dans quel cas s’applique-t-elle ?

    C’est la part des dommages restant à la charge de l’assuré.
    Dans les cas suivants :
    - si votre responsabilité ou celle du conducteur de votre véhicule est engagée, même partiellement,
    - lorsque l'auteur des dommages n'est pas identifié (délit de fuite, vandalisme, vol, etc.),
    - en cas d’absence de recours (exemple : la responsabilité du conducteur adverse n'est pas prouvée)

  • En vacances loin de chez vous que faire si votre auto tombe en panne ?

    Vous devez prendre contact avec notre service d’assistance mentionné sur la carte verte.

  • Assuré tous risques, que devrais-je débourser en cas d’accident garanti ?

    Nous prendrons en charge directement le remboursement des réparations auprès du garage que nous vous aurons conseillé.
    Ainsi, vous n’aurez rien à régler ni à avancer s’il y a un tiers identifié responsable. Sinon, seule la franchise sera à régler directement au réparateur.

  • L’assurance auto est-elle obligatoire ?

    Oui. La loi impose à tout conducteur d’être assuré au titre de la « responsabilité civile ». Cette assurance garantit l’indemnisation des dommages matériels et corporels qui pourraient être causés à un tiers par le conducteur de l’auto ou par ses passagers lors d’un accident.

  • La protection du conducteur est-elle incluse ?

    Bien que cette garantie ne soit pas obligatoire, nous avons choisi (à la différence d’autres assureurs) de l’inclure dans toutes nos formules d’assurance auto.

  • Coefficient Bonus / Malus, c’est quoi ?

    C’est l’instrument de mesure de votre Bonus ou de votre Malus
    • Lorsqu’il est inférieur à 1, il vous donne par différence votre taux de Bonus.
    Ex. : coefficient 0,80 = 20 % de Bonus.
    • Lorsqu’il est supérieur à 1, il vous donne par différence votre taux de Malus.
    Ex. : coefficient 1,25 = 25 % de Malus.
    Les conditions d’application et d’évolution de ce coefficient Bonus/ Malus sont fixées par un arrêté ministériel qui s’impose à toutes les Sociétés d’Assurance. Cet arrêté a été modifié le 22/11/91.

  • Coefficient Bonus / Malus, comment ça marche ?

    Le coefficient d’origine, c’est-à-dire celui affecté à un conducteur lors de sa première année d’assurance, est égal à 1.
    Il évolue à l’échéance, après chaque année d’assurance, en fonction du nombre de sinistres.

    Le coefficient évolue à la baisse en l’absence de sinistre responsable. Il est multiplié par 0,95 (ou par 0,93 si vous avez souscrit l’usage “TAXI” ou “TOUS DÉPLACEMENTS”).
    Ex. : Au 1/1/2008 : coefficient Bonus/Malus = 0,80 (soit 20 % de Bonus)
    Au 1/1/2009 : coefficient Bonus/Malus = 0,80 x 0,95 = 0,76 (soit 24 % de Bonus)
    Le coefficient Bonus/Malus ne peut être inférieur à 0,50 (50 % de Bonus).
    Le coefficient évolue à la hausse en cas de sinistre responsable
    Chaque sinistre engageant la responsabilité de l’assuré entraîne, sauf exception*, une majoration :
    o Si la responsabilité de l’assuré est totalement engagée, le coefficient est multiplié pour chaque sinistre par 1,25 (ou par 1,20 si vous avez souscrit l’usage “TAXI” ou “TOUS DÉPLACEMENTS”).
    Ex. : Au 1/1/2008 : coefficient Bonus/Malus = 0,80 (soit 20 % de Bonus)
    Si vous êtes entièrement responsable d’un sinistre au cours de l’année 2008 :
    Au 1/1/2009 : coefficient Bonus/Malus = 0,80 x 1,25 = 1 (ni Bonus ni Malus)
    Si vous êtes entièrement responsable de 2 sinistres au cours de l’année 2008 :
    Au 1/1/2009 : coefficient Bonus/Malus = 0,80 x 1,25 x 1,25 = 1,25 (soit 25 % de Malus)
    Les sinistres pris en compte pour le calcul de votre coefficient au 1/1/2009 sont ceux survenus du 1/11/2007 au 31/10/2008.
    o Si la responsabilité de l’assuré n’est que partiellement engagée, la majoration est réduite de moitié : le coefficient est multiplié par 1,125 (ou 1,10 si vous avez souscrit l’usage “TAXI” ou “TOUS DÉPLACEMENTS”).
    Le coefficient Bonus/Malus ne peut être supérieur à 3,50.
    Après deux années consécutives sans sinistre, le coefficient appliqué ne peut être supérieur à 1,00.

    * Exception
    Aucune majoration n’est appliquée pour le premier sinistre survenu après une première période d’assurance d’au moins 3 ans au cours de laquelle le coefficient Bonus/Malus a été égal à 0,50.

  • Si j’ai un accident responsable (ex : je perds le contrôle de mon véhicule), le Malus s’applique sur le contrat du véhicule concerné ou sur tous mes contrats ?

    Le Malus s’applique toujours sur le seul contrat du véhicule que vous conduisiez lors de l’accident.

Habitation

  • L’assurance habitation est-elle obligatoire ?

    L'assurance multirisques habitation n'est pas obligatoire au regard de la loi si vous êtes propriétaire. Cependant, elle est fortement conseillée pour protéger vos biens (contre le vol, etc.) mais également pour protéger les dommages qui pourraient être causés à autrui (dégât des eaux par exemple).
    En fonction de vos biens, choisissez une assurance habitation qui couvre réellement vos pertes en cas de vol par exemple.

    Pour les locataires, l’assurance multirisques habitation est obligatoire.
    Elle est prévue par la loi ou par le contrat de bail. Le bailleur est en droit de réclamer tous les ans une attestation d’assurance de son locataire.

  • Que faut-il faire en cas de vol ?

    Sous 24 heures, vous devez :
    Déposer une plainte au commissariat ou à la gendarmerie dont dépend votre domicile. Ne toucher à rien avant que le constat de police ne soit établi. Conserver un récépissé (pensez à faire mentionner sur le Procès Verbal de police l'exhaustivité de vos objets, mobiliers dérobés).
    Rassembler vos justificatifs d'achats. Ils nous seront indispensables pour vous indemniser.
    Prendre en photo les lieux et objets sinistrés (serrures fracturées, fenêtres et portes endommagées, etc.).
    Procéder aux réparations ou au remplacement « à l'identique » des serrures, fenêtres ou portes fracturées (conservez les serrures endommagées et les factures de réparation).

    Sous 48 heures, vous devez nous contacter pour nous faire part de votre sinistre.

  • Que faut-il faire en cas de dégâts des eaux ?

    Contactez-nous pour déclarer votre sinistre et remplissez un constat amiable dégât des eaux (ou à défaut faites une déclaration manuscrite en précisant la cause ainsi que la nature des dommages subis) même si le dégât des eaux provient de votre logement et n'a touché aucun voisin.

  • Je suis locataire. Est-ce que je dois souscrire une assurance habitation ?

    Le locataire titulaire d'un bail d'habitation est tenu de s'assurer au minimum pour les dommages causés à l’immeuble (risques locatifs). L'assurance multirisques habitation couvre ces risques.

  • Que couvre l’assurance habitation ?

    L'assurance multirisques habitation protège votre logement contre :
    • les dégâts des eaux ;
    • l'incendie ;
    • la chute de la foudre ;
    • les vols et tentatives de vols ;
    • les bris de vitres ;
    • les tempêtes et événements climatiques exceptionnels ;
    • les catastrophes naturelles ;
    • les attentats.
    Cette garantie vous couvre également pour les dommages causés à autrui dans le cadre des événements pris en charge dans votre contrat, que vous soyez locataire ou propriétaire, il s’agit de la responsabilité civile.

  • Comment obtenir un devis et souscrire un contrat d’assurance habitation ?

    Pour obtenir un devis, laissez-nous vos coordonnées sur notre formulaire en ligne ou contactez votre agence Mutuelle Bleue. Votre demande est confiée à un conseiller qui vous recontactera très prochainement.

Rechercher par :

Affiner par type

Thématique

Validation

Contact

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique à des fins de gestion et de suivi de vos contrats, d’analyse et d’exploitation commerciale. Les destinataires des données sont Mutuelle Bleue et ses partenaires.

Conformément à la Loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à Mutuelle Bleue - Service Relations Adhérents – 14, rue René Cassin – CS 70528 – 77014 Melun Cedex ou en complétant le formulaire ci-dessus.

Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.